Niten no yume, site perso sur les arts martiaux, les arts graphiques,et autres formes d’art

11 juin, 2008

La notion de présence en Aïkido.

Classé dans : Aikido — Takezo @ 12:28

Pendant les dernières vacances j’ai pu retourner à l’aïkido à Thônes, mon club d’origine. Nous avons pratiqué le bokken à chaque fois et cela m’a vraiment fait plaisir, j’ai découvert un petit exercice très drôle à faire à deux. Pas très martial mais ludique et amusant. Un bon éducatif pour le mouvement du corps. Enfin bon nous avons ensuite pratiqué à mains nues et Maurice (mon premier professeur) à enfin mis un mot explicite (pour moi) sur un problème récurant de ma pratique. Grand soulagement, je ne sais pas pourquoi mais les paroles qu’il m’a dites à ce moment là ont fait déclic. Il m’a dit que j’avais un problème similaire au sien (même si je n’avais pas remarqué) qui concerne la présence. Certains parlent de contrôle et tombent souvent dans le bourrinage (courant) en voulant “contrôler” Uke, cela ne me correspond pas et j’observe que les personnes qui me parlent de contrôle sont contentes si je bourrine un peu, quitte à faire mal…d’autres utilisent à tout va le mot “ki” qui est très vaste et pas faux (car on peut le comprendre comme ça, mais seulement en partie) mais, pour moi, peu de pratiquants occidentaux peuvent se permettre l’utilisation de ce mot à juste titre.

enfer et paradis 1

Je ne m’aventurerai pas sur ce sujet qui est bien loin de mon niveau et de mes recherches immédiates. Par contre je mettrai une petite citation plus tard d’une définition que j’ai lue et que j’ai trouvée très claire. (Vous pouvez commencer par cette interprétation.)

Ici mon défaut de présence est aggravé par un petit problème de main sur la technique Irimi nage. Pour ceux qui ne connaissent pas la technique, il s’agit de rentrer en rotation harmonieuse avec le partenaire en se plaçant dans son dos (donc une rotation en backside pour les rideurs). Pour cela on pénètre son périmètre par l’extérieur et contrôle la rotation en posant sa main arrière dans la zone épaule-cou du partenaire. Et là c’est le flou artistique. Personne n’affirme rien (alors que ce n’est qu’un petit détail insignifiant), certains mettent la main sur la joue, d’autres serrent bien le cou (excellent contrôle) et d’autre vont jusqu’à tenir l’épaule. Enfin bon puisque l’on est censé respecter l’Uke il arrive que le contrôle lui soit déplaisant en plus de n’être pas vraiment utile à la maîtrise du mouvement. Enfin bon je déteste faire mal à mon Uke (surtout que tout le monde n’engage pas son intégrité physique de la même façon dans la pratique, c’est une chose que pas mal de monde a du mal à comprendre). Au final, dans le doute je préfère appliquer une contrainte au niveau du cou plutôt légère, je préfère qu’on me dise “tu peux y aller!” que rien du tout et que les Ukes me fuient par peur. Je pense que l’aïkido est le seul art martial par lequel on peut viser la maîtrise sans la contrainte physique douloureuse. Si je n’y arrive pas, c’est que je suis mauvais. Avoir besoin d’utiliser les strangulations, contraintes articulaires ou frappes aux points vitaux pour passer une technique d’aïkido sur un débutant (et même sur un gradé) est montrer une grande incapacité dans la philosophie d’O Sensei.

Le problème de présence sur d’autres techniques est moins dur, car il peut se régler avec un atemi bien maîtrisé (entre autres) mais Irimi nage est vraiment une technique de contact et le problème ne vient pas de l’Uke qui a peur ou qui n’aime pas être touché mais bien du Tori. Si Uke attaque correctement (ce qui n’est pas évident non plus) la technique est réalisable sans que la question de la main de contrôle ne se pose.

J’ai fait quelques progrès depuis (2ans) que j’ai commencé a travailler ma présence et je ressens un peu mieux ce que j’ai besoin d’approfondir encore (en plus je peux y mettre un nom). Ce n’est pas une question de posture, ni de gestuelle (donc inutile de s’appesantir sur des questions de forme de main), encore moins de force, mais plus d’intention et d’attitude. Chose importante dans la présence, le regard, je me pose beaucoup de questions sur le regard mais il faut reconnaître que des yeux au bon niveau aident beaucoup au mouvement.(on l’apprend aussi en snowboard et en capoeira)

L’intention et la volonté sont déterminantes.

pc100197.jpg
L’attitude suit mais se travaille aussi. L’étiquette y aide et rejeter l’étiquette sous prétexte qu’elle ne convient pas à notre société moderne est ridicule. Certains détails sont plus importants que la technique “pure” (ici dans le sens “de base”). Mais là aussi les pièges sont nombreux et il est important de réfléchir à ce que l’on fait. 

kurodaiai.jpg
Je ne sais pas si cet article est vraiment complet mais comme il est déjà long je le publie tel quel, je reviendrai sur bon nombre de concepts évoqués plus tard. Vos questions sont toujours les bienvenues et m’aideraient beaucoup à structurer ma pensée.

J’espère trouver le temps de dessiner prochainement car cela me manque beaucoup.

4 commentaires »

  1. Pepe

    Irimi nagé … ce sera ma matière l’année prochaine ca … mais … l’ayant déjà pratiqué sur quelques uké … mon prof me disait que c’était plus déséquilibrant de poser sa main sur la joue et de plaquer uke contre son coeur ( Comme disait Sensei Ueshiba … faire entendre son coeur à uke )

    Le centre du desequilibre est plus stimulé ainsi ! … Mais bon …

    Mon problème … je suis nerveux … donc mon aikido est « rentre dedans » … mon prof le dit lui mm … « Pas besoin de te regarder, il suffir que je pose mon regard sur Uke pour savoir ton état de nervosité  »

    Mais je me dis qu’avec les années … j’espere passer d’un côté plus zen … ainsi mon aikido sera plus harmonieux !

    Bye et bonne journée

    Commentaire by Pepe — 12 juin, 2008 @ 8:26

  2. Pepe

    Re salut

    Merci pour ton message sur mon blog !

    Pour repondre a tes questions :

    Concernant les ceintures … chez nous … on débute avec la blanche, ensuite la jaune, puis l’orange, verte, bleue, marron et noire …

    Il n’y a pas de durée …. c’est quand le prof estime que tu as bien assimilé la matière, tes katas, ton efficacité dans le randori … qu’il te donne la ceinture !

    La matière … en fonction des couleurs de ceintures …

    http://users.skynet.be/kobukan/aikibudo/aiki00.htm

    Regarde ici tu comprendras mieux !

    Le port de l’hakama se fait à partir de la ceinture marron !

    Voilà … j’espere que j’ai éclairé ta lanterne

    Commentaire by Pepe — 12 juin, 2008 @ 21:05

  3. Nutty

    A Villeurbanne, ils font Irimi nage en posant les mains sur les épaules (et c’est très désagréable); le déséquilibre (enfin c’est ce que je sens, donc c’est pas forcément juste) me semble provoqué par ces mains qui entrainent les épaules, et là paf c’est la mini-chute (que je déteste).

    Sinon, c’est un article intéressant malgré la difficulté d’expliquer ce concept de « présence ». Je pense que tu peux encore mieux faire, avec tes mots (pleins de fautes d’orthographe ^^) qui sont toujours très parlants, et en ce sens, explicites.
    Il me semble important que tu reviennes sur toutes ces notions ( l’attitude, l’intention, la volonté …), qui sont très complexes pour les non-initiés et les « bébé-pratiquants » as me.

    Voilà !
    Bon courage pour cet article !
    (Pour le dessin, il faudra attendre la semaine prochaine :) )

    Commentaire by Nutty — 14 juin, 2008 @ 11:45

  4. ronin74

    ronin74 said:

    irimi nage: http://youtube.com/watch?v=yxxb2ctulEs

    Commentaire by ronin74 — 14 juin, 2008 @ 16:29

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

HUMANUTOPIA |
Benedicte CHANUT, artiste p... |
jardin secret |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | zayzazay
| la roulotte compagnie
| Marie Paule Van Laecken, Ar...