Niten no yume, site perso sur les arts martiaux, les arts graphiques,et autres formes d’art

  • Accueil
  • > Budo, choisit-on vraiment sa voie comme l’on choisit d’avancer?

20 novembre, 2007

Budo, choisit-on vraiment sa voie comme l’on choisit d’avancer?

Classé dans : — Takezo @ 0:25

Cet article m’est inspiré d’un grand moment de plaisir que je trouve quelques fois en pratiquant et beaucoup plus facilement en combat “libre”. Le dernier en date s’est passé un jeudi à l’aïkido club de Vaulx-en-Velin. La technique demandée était un Kokyu-ho (ici une technique en réponse à l’attaque Kata-dori (saisie à l’épaule) mais je pensais à autre chose lors de la démonstration (et oui!! je sais c’est mal) tant bien qu’au moment de réaliser la technique (mon partenaire devait penser à autre chose aussi puisqu’il ne savait pas plus que moi): c’est le flou artistique!emoticone Après quelques essais nous parvenons à exécuter quelque chose de “ressemblant” à la consigne. Manque de chance lui et moi n’effectuons pas la même technique: qui à raison ? Et bien personne, les techniques existent mais ce n’est pas ce qui est demandé…gratt gratt (réflexion) je trouve une ultime solution, tout était question de distance!! Nos trois techniques dépendaient d’une distance différente, nous pensions enfin tenir le bon bout, tout s’expliquait, était rationnel et martialement correct. Mais attention (double rebondissement!!) le prof passe à coté de nous deux et me regarde réaliser la technique (nous deux fier d’avoir enfin la solution…) et dit :”refais la encore une fois…encore…(moi:oh non c’est foutu:je m’applique), Yame!!” (cela veut dire”tout le monde va s’asseoir vous êtes nuls je vais remontrer”), tout le monde va donc s’asseoir: ”Matthieu: montre nous se que tu faisais”( ça veut généralement dire:”montre comme tu fais n’importe quoi aux autres, qu’ils sachent ce qu’il ne faut pas faire), je m’exécute innocemment, et la surprise: ”allez! Faites la même chose”!! En effet la troisième technique était en fait une 4ème!!emoticone Je peux donc avec plaisir respecter la consigne puisque c’est moi qui l’ai formulée!! (les autres: ”fait ***** c’est encore plus dur”). Bien sur mes sempai (anciens) m’aident à donner plus de puissance dans ma réalisation. Je réalise que mon corps me guide maintenant dans la bonne direction (parfois) et réalise que finalement, ces 10ans de pratique sont bien passés quelque part (j’en doute encore souvent).

Plus sérieusement


Il faut bien l’avouer je suis un pratiquant dont la progression technique est lente. Je ne suis que 1er kyu après 10ans, c’est peu pour l’aïkido en France et un jeune comme moi (j’ai 18 ans) certes le grade n’est pas toujours significatif du niveau mais reste malgré tout indicatif. J’ai beaucoup de mal avec la pédagogie moderne par laquelle on retient les choses grâce à leurs noms. D’ailleurs je me souviens très bien des gens que je rencontre sans pour autant être capable de redire leur prénom immédiatement. Enfin bon les passages de grade sont pour moi un véritable calvaire car (sans révisions) il me faut plus de 2 secondes pour rapprocher le nom du geste.

http://www.dailymotion.com/video/1MytyeGQ2RjkDoRM6

Je pourrais pester contre cette organisation et réinventer le système de progression mais à quoi bon, la plupart des pratiquants sont tout heureux de retrouver le système scolaire du “révise et tu auras des bonnes notes” ( qui correspond pour moi à “c’est pas grave si dans une semaine tu sais plus rien”) et c’est de ma faute si j’ai du mal avec les moules rigides que nous impose la société. Tant pis, je mène ma petite vie de passionné sans avoir besoin de renverser les quotas sociaux (de toutes façons c’est impossible, la réforme de certaines règles en amène souvent des pires), je fait mon bout de chemin (comme sûrement beaucoup d’adeptes), juste à coté de l’autoroute que préfèrent prendre les autres.

http://www.dailymotion.com/video/2AON3tTH1y0ESoREi

On ne peut me le reprocher, je ne gène personne et passe souvent inaperçu. J’ai choisi le “chemin des ronces” (l’expression n’est pas de moi), ma progression est plus lente, je ne suis personne en particulier et avance à mon propre rythme avec mes propres moyens. Ce chemin et un choix (ou pas) inconscient, qu’on ne peut quitter. On peut l’assumer ou s’arrêter quelques temps pour constater le peu de chemin parcouru mais on avance encore moins si l’on passe la moitié de son temps à se lamenter car il est impossible de rejoindre la route. On avance par l’échec, la réussite est rare et toujours mineure, les enseignements sont gravés dans la chair car ils sont souvent appris par l’erreur (cette erreur qui est de vouloir se frayer un chemin à travers les ronces où chaque pas vous laisse une cicatrice sur le corps). L’apprentissage est plus corporel qu’intellectuel,il est ainsi beaucoup plus long et dur, il est décourageant et ingrat, il est surtout invisible et inestimable. Des cinq éléments du Go rin no sho (de Musashi), cet apprentissage est celui de vide (ciel). Sans aller jusqu’à l’idée que l’élément qui me caractérise le plus est le ciel ou même que cette notion est claire pour moi, je pense que c’est l’élément le plus présent dans ma voie. Elle correspond à tout ce que je ne sais pas mais qui est en moi malgré tout. Il arrive que pendant les rares instants où le vide prend le dessus sur mes pensées, ces instants de “MU- GA”(”non moi”concept tiré du “heiho kadensho” de Yagyu Munenori et certainement inspiré par Takuan Soho), dans un éclair de lucidité physique, un instant mon cerveau cède la place à mes nerfs, mes muscles et parfois à mon “Kokoro”(”coeur” mais pas au sens organique,”esprit”,”ki”,…), on m’offre un reflexe complexe, une posture ou une attitude “véritable”, en accord avec l’univers, ce grand vide contenant tout. Et bien, pour moi, ces instants valent toutes les blessures, tous les échecs et toutes les victoires. Ils ne sont que peu de choses ( peut être même rien, surtout rien?) ils sont surtout des instants où mon visage sourit, où mon corps ne s’abîme pas, loin de mon éducation et de mes habitudes autodestructrices (qui peut assurer que son quotidien ne vieillit pas son corps?), dans l’oeil de ce cyclone qu’est le chaos de humanité, je ne détruis rien, je ne construis rien, je suis sans être.(A la question ”être ou ne pas être?” je répond ici : ”les deux”). Ces instants n’ont pas toujours la même intensité ni la même qualité. On peut approcher ces instants de différentes façons, par les arts (c’est un moyen difficile par lequel il est aisé de se perdre), les arts martiaux (ici c’est normalement ce qu’on recherche) ou par les sports extrêmes (une voie dangereuse mais certainement la moins ingrate). En effet nombreux sont les ” riders” (terme plus court pour citer les sportifs de l’extrême) qui parlent de ces “perfects moments” (voir les vidéos ”la nuit de la glisse”) et qui courent après comme un enfant cours après des feuilles dans le vent. Ils repoussent et repoussent leurs limites pour quelques secondes en apesanteur, pour cet ultime plaisir égoïste mais universel.

Les grands maîtres sourient souvent, sont juste dans leurs actes, leurs postures et leurs gestes. Ils bougent sans force et toujours en harmonie avec leurs partenaires, ils font tout cela en parfaite sincérité. C’est cet idéal que je vise, le grand maître est celui qui place ces instants selon son gré et dans son quotidien. Être aussi sincère et simple que l’est une lame bien aiguisée. Le reflet qu’on y voit n’est que la réalité et ce n’est au final qu’un morceau de métal travaillé et poli. Un sabre n’est instrument de mort que si celui qui le porte est lui même désireux de prendre la vie. Les capacités d’un grand maître sont la plus perfectionnée des armes de destruction, ils peuvent ôter la vie à l’aide d’un stylo mais ils sont tous aussi gentils qu’il est possible de l’être.


C’est sûrement la chose la plus importante qu’ils ont à nous apprendre….La bonté

10 commentaires »

  1. totallyanonymous

    Wow, il faudrait vraiment que je croise plus de gens qui pense comme toi! Et là je viens de trouver une parcelle de réponse à mon questionnement…Merci
    Et bonne continuation

    Commentaire by totallyanonymous — 20 novembre, 2007 @ 7:52

  2. Noix d'coco

    Tant de sincérité avec des mots si simples… c’est un article poignant, et dans un sens effrayant de lucidité.
    J’aime beaucoup la métaphore du chemin de ronces et de l’autoroute, c’est pas commun, mais tout aussi parlant…

    Commentaire by Noix d'coco — 24 novembre, 2007 @ 20:58

  3. thomas

    la voie de la liberation est la voie que l’on suit seul, et c est pas tous les jours les vaccances.
    De toute fassons celui qui est animé d une vraie pulsion de connaissance n a pas le choix,
    Ce n est meme pas du courage, pour certains chercher a evoluer reelement est un besoins vital, qui s impose plus qu il ne se choisit.
    il est alors bien douloureux de rester dans le train des somnolents, méme si leur bonheur fait envie , c est la leur privilege.

    Commentaire by thomas — 26 novembre, 2007 @ 17:42

  4. anstama

    encore une foi, bon article.
    reynald

    Commentaire by anstama — 30 novembre, 2007 @ 5:12

  5. pelissier

    hello,très bon écrit…cela me rappele mon parcours en Aiki (10 ans de tapis 1 kyu,jusqu’à que mon maitre me donne le 1 dan-interne dojo-celui qui a le plus de valeur pour moi) texte à lire et relire que j’aimerai voir certain le lire…avec mes respects pour ceux qui savent voir ce qui n’est pas sous la lumiere

    Commentaire by pelissier — 3 février, 2008 @ 2:10

  6. Frédéric

    Waaaoooouuuuhhh…
    Tu as 19 ans (d’après ce que j’ai compris).
    Tu pratiques depuis 10 ans.
    Tu as cette lumière dans le coeur, et le ciel dans la tête.

    Si à ton âge j’avais eu le quart du dizième de l’ouverture d’esprit que tu manifeste…
    Enfin, la Voie est sous nos pieds, comme dit l’autre. Après tout, peu importe l’âge, pourvu qu’on marche, ici et maintenant.
    J’ai 32 ans, je pratique l’Aïkido depuis 2 ans 1/2, et plus j’avance, plus j’ai l’impression d’avoir une très très longue marche arrière à effectuer pour parvenir à….. Parvenir à quoi déjà ?… A rien, je crois. Mushotoku. Redevenir un bébé, nu comme un vers.
    J’ai assisté au stage de Pâques de maitre Suga Toshiro, et il nous disait que les très grands maitres avaient souvent un regard d’enfant.
    Ca m’a touché.
    Il est vraiment terrible, maitre suga ! On s’est bien fendu la poire, pendant ce stage. Humour, Amour… Ca commence différemment mais ça fini
    pareil, non ?!

    Les blogs, c’est pas trop mon truc d’habitude. D’ailleurs c’est la première fois que je participe à un « cyber forum » de ce genre.
    Mais le tien est bien cool.

    Bonne pratique à tous, de l’humour, de l’amour, et un peu de soleil si on a de la chance !
    Comme dit mon maître : « Il suffit de savoir que derrière les nuages, il y a le ciel bleu… »
    (Quand on habite à Lille comme nous, il vaut mieux s’habituer à ce genre de pensées)

    Ciao

    Commentaire by Frédéric — 3 avril, 2008 @ 14:53

  7. BeFa

    Très bon article, j’aime beaucoup. Je vois que tu es de Vaux. Je suis à la recherche de personnes pour pratiquer de temps en temps ( ou même une seule fois ) du Kenjutsu, si tu es interessé, fait moi signe je te passerai mon Msn … ( Et oui, mon « entraineur » est parti et me laisse tout seul dans ma pratique )

    Commentaire by BeFa — 2 septembre, 2009 @ 17:18

  8. Takezo

    Manque de bol je viens tout juste de déménager de Lyon hier, mais je pense revenir de temps en temps faire du ken au parc avec des amis lyonnais. Je t’enverrai un mail lorsque cela arrivera si jamais tu peux venir ce sera avec plaisir.

    merci pour le com je te tiens au courant

    A+

    Commentaire by Takezo — 4 septembre, 2009 @ 14:24

  9. Nana

    Je faisais des recherche pour trouver un art martial comme nouvelle pratique, et je suis tombée sur ton blog. Je me demande quel âge tu as, mais il me semble qu’il y a qque chose d’extrêmement précieux en toi, c’est le regard que tu portes sur les choses autour de toi. Garde le, c’est ta richesse, mais ne le laisse pas te décourager. Protège le aussi de la corruption, sinon tu rentreras dans le rang.
    Bravo, continue à créer, tu as une originalité précieuse!

    Nana

    Commentaire by Nana — 9 septembre, 2009 @ 2:02

  10. Takezo

    Merci , tes encouragement me sont précieux.
    As tu trouvé l’art martial que tu cherchais? puis-je t’aider?
    Au fait, J’ai 20 ans( mais l’article date déjà de 2007, l’année de mes 18 ans… le temps passe si vite…)
    J’espère ne pas rentrer dans le rang de si vite!

    Encore merci pour ton commentaire!

    Matthieu

    Commentaire by Takezo — 12 septembre, 2009 @ 8:21

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

HUMANUTOPIA |
Benedicte CHANUT, artiste p... |
jardin secret |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | zayzazay
| la roulotte compagnie
| Marie Paule Van Laecken, Ar...